Quelles prévisions pour le secteur immobilier en 2019 ?


Conseils / vendredi, février 1st, 2019

Le marché du secteur immobilier était encore un véritable succès l’année dernière, après l’exploit de 2017. Avec plus d’achats, des taux de crédit immobilier et des prix plus intéressants, c’est le secteur le plus prisé pour un investissement ! Serait-ce toujours le cas pour cette nouvelle année 2019 ? Que peut-on prévoir suite aux résultats obtenus l’année précédente ? Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l’immobilier, a réalisé un bilan qui a été publié le 23 janvier dernier en ce qui concerne des traces sur les éventuelles évolutions. Tarification, activité, crédit ou politique de logement, voici tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet avant de vous lancer dans un achat ou dans la préparation d’un dossier de crédit immo !

Bons ou mauvais points ?

Monsieur Jean-Marc Torrollion, Responsable de la Fnaim a mis en avant le bilan concernant le secteur immobilier le 23 janvier dernier. Ce dernier a pour but d’établir les points positifs que l’on souhaite encore développer dans les années à venir ainsi que les paramètres peu glorieux de ce secteur et qui seraient à bannir.

Les bons points

Depuis près de 2 ans, les taux d’intérêt sont extrêmement bas. Et cela ne va pas changer en ce début 2019. Comme l’indique detective-banque.fr le secteur est en pleine expansion et la baisse des taux permet de faciliter l’acquisition immobilière des primo-accédants. D’un autre côté, à la fin de 2018, la Fnaim a constaté que les prix dans la France entière n’ont haussé que de 2,7 % à 2620 euros le m² et 4,2 % en 2017. Pour cette année, la Fnaim espère que les prix resteront stables ou se réduiront d’environ -2 % afin de redonner une marge pour les acheteurs. Jean-Marc Torrollion appuie la démarche du dispositif Denormandie qui influe le marché de l’ancien locatif. Ce dernier affirme que ce dispositif est très intéressant et croît à son succès. Le Denormandie, selon lui, pourrait apporter un triple effet, à savoir la maintenance d’un habitat de qualité, l’accélération de la réhabilitation des maisons anciennes pour de nouveaux investissements, et pour ramener les populations dans les centres-ville localisés. Avec des premiers baux mobilités signés, la Fédération estime ce nouveau type de contrat de location tiré à partir de la loi Elan et qu’elle devrait avoir une grande place dans les différents types de locations présentes.

Les mauvais points

L’année 2018 a cependant laissé un mauvais point concernant la perte de confiance des ménages. Cette mauvaise prédiction pourrait continuer, a affirmé la Fédération. Celui-ci a expliqué que les taux d’intérêt du crédit immobilier ne seront pas satisfaisants pour redresser cette pente. D’après les données Insee, la confiance des ménages du point de vue économique a largement chuté d’environ 18 points en 2018. Cela signifie qu’il faudra aussi vérifier de près cet indicateur. L’année dernière, les prix ont fortement haussé de plus de 2,7 % en se traduisant par un recul de la surface achetable d’environ 1,4 m² en moyenne. Il faut prendre note que la baisse des taux n’a pas du tout suffit à compenser cette activité.

La Fnaim a d’ailleurs expliqué que la conséquence de la hausse des prix commence à déstabiliser les foyers. Les taxes foncières sont également l’un des problèmes sur le marché immobilier. D’ailleurs, la taxe foncière n’a cessé d’augmenter depuis 2003 avec plus de 39 % qui devancent amplement l’indice de référence des loyers et l’inflation. Jean-Marc Torrollion a expliqué qu’il faudra apprendre aux propriétaires à accepter les taxes imposantes qui affectent leur rentabilité locative. Et enfin, la Fédération n’est pas du tout d’accord avec le retour de l’encadrement des loyers. Celle-ci propose un encadrement de la taxe foncière qui ne cesse d’évoluer, mais qui n’a aucun rapport avec les prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *